République du Tchad
Unité - Travail - Progrès
Institut National de la Statistique, des Etudes Economiques et Démographiques

Flash Stat

En Mai 2019, le niveau général des prix a augmenté de 2,7% par rapport au mois d’avril 2019

Au 1 er trimestre 2019, l’activité de production industrielle au Tchad a baissé de 3,0% par rapport au 4ème trimestre 2018

En 2017, l’activité économique baisse de 1,9%

Intitulé du Projet

Projet de Développement de la
Statistique au Tchad (PDST)

Identification

P159434

Montant du Projet

12,43 Millions USD

Démarrage du Projet

Approbation : 03 Avril 2017
Mise en vigueur : 25 Août 2017

Echéance du Projet

Date de clôture : 31 Mars 2022

Projet de Développement de la Statistique au Tchad (PDST)

  1. Contextes
  2. Présentation du Projet
  3. Objectifs
  4. Bénéficiaires
  5. Composantes du Projet

Contexte du pays

Située en Afrique centrale, la République du Tchad est un pays enclavé à faibles revenus. D'une superficie de 1 284 000 km2, sa population est d'environ 14 millions d’habitants en 2016. Le Tchad est limité au nord par la Libye, à l'est par le Soudan, au sud par la République centrafricaine, au sud-ouest par le Cameroun et le Nigeria et à l'ouest par le Nig Marqué par l'instabilité depuis son indépendance de la France en 1960, le Tchad connaît une période de stabilité depuis le traité de paix conclu en 2010 avec le Soudan. Les problèmes d'insécurité persistants au Darfour et en République centrafricaine et les activités de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria ont provoqué l'exode d’environ 700 000 réfugiés vers le Tchad. Cela représente 3,5 % de la population totale, soit l'un des taux les plus élevés dans le monde. Outre cela, le Tchad fait face à un nombre croissant de personnes déplacées à l’intérieur du pays.

La croissance au Tchad, auparavant stimulée par le secteur pétrolier, est en baisse en raison de la chute des prix internationaux du pétrole et, dans une moindre mesure, de l'insécurité croissan La croissance du PIB a diminué, passant de 7 % en 2014 à 2 % en 2015, et il est prévu un repli de 3,5% en 20161. Les recettes publiques globales ont chuté de 36 % en 2015, avec des revenus pétroliers en baisse de 80 %, induisant une baisse de 39 % des dépenses et la mise en place de mesures d'austérité. Des restrictions budgétaires dans le secteur public, conjuguées à un déclin dans les secteurs de l'industrie et des services, entraîné par les activités pétrolières et l'augmentation des coûts liés à l'insécurité croissante, ont davantage fragilisé l'économie. Un repli de 3% du secteur non pétrolier a également été enregistré et a pour origine les réductions des dépenses publiques et, dans une moindre mesure, une baisse de la production agricole en raison de faibles récoltes et des perturbations au niveau des échanges commerciales causées par les conflits. En particulier, les routes commerciales traditionnelles pour les exportations de bétail vers le Nigeria, qui représentent la deuxième source de devises, ont été gravement affectées par les activités terroristes de Boko Haram et la réponse militaire face à celles-ci dans la région du lac Tchad. Consécutivement au ralentissement de l’économie, l’inflation a baissé de -1,6% en 2016.

Selon la dernière enquête auprès des ménages, datant de 2011, près de la moitié de la population est classée comme pauvre. La pauvreté est concentrée dans les zones rurales et dans les ménages agricoles, avec 92 % des populations démunies vivant dans les zones rurales, dont 40 % sont concentrées dans les cinq régions administratives (Mandoul, Guéra, Logone Occidental, Tandjilé et Moyen Chari). Entre 2003 et 2011, le Tchad a enregistré un recul du taux de pauvreté, qui est passé de 55 à 47 %, ce qui est en adéquation avec la baisse moyenne enregistrée en Afrique subsaharienne, en dépit des revenus pétroliers importants collectés par le gouvernement pendant cette périod La réduction de la pauvreté a été limitée dans les zones rurales, où la baisse enregistrée a été de 10 % entre 2003 et 2011, à contre 47 % à N'Djamena et 16 % dans les autres zones urbaines. Cependant, depuis 2011, les coupures budgétaires dans les services gouvernementaux, conjuguées au déclin économique, aux changements climatiques, à l'accroissement rapide de la population et à la crise sécuritaire dans les pays voisins devraient, selon les projections, inverser la tendance à la baisse du taux de pauvreté.

Les lacunes qui accompagnent la production et la diffusion de statistiques clés limitent la capacité du gouvernement à mesurer et à réagir aux changements des conditions économiques, un aspect de plus en plus important dans un climat de baisse des revenus et d'augmentation des besoin La version provisoire du Plan quinquennal de développement national (2016-2020) souligne l'importance de disposer de statistiques précises et de haute qualité pour effectuer le suivi et l'évaluation (S&E) de la stratégie nationale de développement. Ce projet présente par conséquent une série d'activités qui visent à renforcer le système de statistiques national au Tchad, notamment par la mise en œuvre d'une série de nouvelles enquêtes auprès des ménages et par un appui aux statistiques macroéconomiques,particulièrement au niveau de l'Indice des prix à la consommation (IPC), des comptes nationaux, et du suivi de la conjoncture économique.

Contexte sectoriel et institutionnel

Le Tchad dispose d’un système de statistiques décentralisé dont l’Institut National de la Statistique, des Études Économiques et Démographiques (INSEED) qui joue le rôle central d’organe de coordination. Rattaché au Ministère de l’Économie et de la Planification du Développement, l’INSEED est un institut qui emploie actuellement 103 personnes et qui est dirigé par un Directeur général (DG). Il a pour mission de collecter, d'analyser et de diffuser des informations dans l'intérêt du p Sa responsabilité première est la collecte de données statistiques socio-économiques. À ce jour, il a produit plusieurs enquêtes nationales auprès des ménages dont les Enquêtes sur la Consommation des Ménages et le Secteur Informel au Tchad (ECOSIT) en 2011, 2003 et 1995. En outre, il a réalisé des enquêtes par grappes à indicateurs multiples (soutenues par l’UNICEF) en 2000 et 2010, ainsi que des Enquêtes démographiques et de santé (soutenues par plusieurs bailleurs de fonds) en 1996-1997, 2004-2005 et 2014-2015. L'INSEED est également chargé de la production des statistiques économiques nationales, notamment des comptes nationaux et de l'Indice des prix à la consommation (IPC). Par ailleurs, il est également responsable des comptes nationaux et de l’IPC. Par ailleurs, l’INSEED a pour responsabilité de coordonner le SSN, sous la direction du Conseil Supérieur de la Statistique et du Comité des programmes statistiques. Parallèlement, les ministères sectoriels ont la responsabilité de la production des statistiques du secteur de leurs compétences, principalement sur la base des sources administratives, alors que l’INSEED joue un rôle dans la compilation et l’analyse des statistiques sectorielles. Par ailleurs, l’INSEED se tient à la disposition des ministères publics, des organismes nationaux et des Institutions internationales pour réaliser des études spéciales sur les projets et les programmes en faveur du développement.

Un projet de statistiques régionales offre des possibilités de synergies. Parallèlement à cette initiative, la Banque mondiale finance un projet distinct (P153702 - Projet du Programme régional de l'UEMOA visant à harmoniser et à moderniser les enquêtes sur les conditions de vie) qui a pour ambition de renforcer les capacités statistiques dans les huit États membres de l'Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) : le Bénin, la Guinée-Bissau, le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Mali, le Niger, le Sénégal, et le Togo. Les objectifs de cette collaboration sont de générer des estimations de PIB comparables, d'harmoniser les indices de prix et d'unifier la présentation des statistiques financières et budgétaires. Ces activités seront réalisées grâce à la collecte de données de haute qualité et comparables sur les indicateurs sociaux clés, le secteur informel et l'agriculture, la conception et l'adoption d'un ensemble modernisé d'outils d'enquête sur le bien-être, l'adoption d'entretiens individuels assistés par ordinateur et le géomarquage (geo-tagging) pour la collecte des données. Ce projet permettra la révision et l'actualisation des méthodes pour calculer les agrégats de consommation, les seuils de pauvreté et les tendances en matière de pauvreté, étendant ainsi la couverture de l'IPC aux zones rurales ; la mise à jour de la production et de l'utilisation des tableaux nécessaires aux comptes nationaux, et le renforcement des capacités en matière d'archivage des données et de la diffusion de micro-données par le biais du Programme Statistique Accéléré (PSA) et de l'Archive nationale des données (NADA).

Le Tchad est un bon candidat pour un arrangement proposé de « jumelage » avec le Projet de statistique de l'UEMOA. Même s'il n'est pas officiellement membre de l'UEMOA (bien qu’ayant le statut d'observateur), le Tchad présente de nombreuses similitudes avec les pays membres, notamment en termes de langue, de budget et de contraintes de capacité, de catégories de zones agro-écologiques et de pratiques agricoles et pastorales traditionnelles. En outre, son niveau de capacités statistiques correspond étroitement à celles de l'UEMOA. Depuis 2011, en particulier, le Tchad a connu une forte progression dans le domaine de la collecte de données, notamment avec le recensement de la population en 2009 et l'enquête de 2011 auprès des ménages. En 2015, son indice de capacité statistique de 65,6 établi par la Banque mondiale, était beaucoup plus proche de la moyenne de 64,3 de l'UEMOA, que de celle de sa propre organisation régionale, la Communauté Économique et Monétaire d'Afrique centrale (CEMAC), qui était de 51.

Le projet propose une double stratégie de renforcement de l'INSEED en tant qu'institution, tout en comblant des lacunes importantes en matière de données. Le premier volet du projet est axé sur les capacités institutionnelles et humain Le deuxième se concentre sur la production de statistiques de base sur le bien-être et l'économie. Le projet mettra à profit les activités régionales en cours de la Commission de l'UEMOA pour fournir une assistance technique à l'INSEED en intégrant le Tchad dans les groupes de travail concernés et les activités régionales de renforcement des capacités, et en fournissant des fonds pour les enquêtes de 2017 et 2020. En outre, un don de 1,5 million USD du Fonds fiduciaire pour le renforcement des capacités (TFSCB) a été signé en octobre 2016 pour financer les activités préparatoires du projet complémentaire.

Objectifs de niveau supérieur auxquels contribue le projet

Les activités du projet proposé sont alignées sur les objectifs du nouveau Cadre de Partenariat Pays (CPP), et sur les exigences de suivi de la stratégie nationale de développement La Banque mondiale a reconnu l'importance d'utiliser des données sociales et économiques de haute qualité pour mettre en place des programmes et des politiques efficaces et coordonnés afin de répondre à la fois aux besoins du pays et aux obligations internationales, un objectif dont la réalisation est rendue possible par une collecte de données fréquente et fiable. Le nouveau Cadre de partenariat pays pour la période allant de l'exercice budgétaire 2016 à celui de 2020 (Rapport n° 95277-TD), qui a été débattu par le Conseil d’administration le 10 décembre 2015, identifie trois principaux thèmes d'intervention : a) le renforcement de la gestion des ressources publiques, b) l’amélioration du rendement dans les chaînes de valeur de l'agriculture et du bâtiment et c) le renforcement du capital humain et la réduction de la vulnérabilité. Le CPP insiste sur le besoin d'une « gestion plus efficace des ressources publiques et privées en faveur des 92 % de pauvres qui vivent dans les zones rurales » afin de poursuivre la tendance à la réduction de la pauvreté et d’inverser la montée récente des inégalités. Par conséquent, le projet proposé vise à fournir les données précises et de haute qualité qui sont nécessaires, d’une part, pour aider le secteur public à cibler et assurer le suivi de ses interventions et, d’autre part, pour fournir au secteur privé des informations suffisantes pour prendre des décisions d'investissement efficaces. Les activités du projet contribueront également à suivre l'engagement de la Banque mondiale en faveur de l'élimination durable de l'extrême pauvreté et de la promotion d'une prospérité partagée, et à poursuivre les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Le principal bénéficiaire du projet est l’Institut national de la statistique, des études économiques et démographiques (INSEED), l’Institution nationale en charge des statistiques au Tchad. Le projet fournira des fonds pour les quatrième et cinquième séries de l’Enquête sur la consommation des ménages et le secteur informel au Tchad (ECOSIT), mettra à jour certaines méthodologies relatives à la comptabilité nationale, financera le recrutement de nouveaux employés, et apportera des améliorations administratives et d’infrastructure importantes, ainsi que le financement du renforcement des capacités formelles et pratiques du personnel clé de l'INSEED. En outre, le projet comprend une composante importante pour aider les étudiants tchadiens qualifiés à réussir les examens d'entrée pour les écoles régionales de statistique, et par la suite à fournir des bourses aux candidats retenu Les bénéficiaires directs sont ceux qui participent aux cours de préparation aux examens et ceux qui reçoivent des bourses. On compte également plusieurs bénéficiaires indirects. L’amélioration de l’accès aux micro-données anonymisées mettra des informations et des données socioéconomiques à la disposition de divers intervenants de l’État, des donateurs, universitaires, ONG et secteurs de la société civile. En outre, le ministère des Finances bénéficiera de l’amélioration des données économiques et les ministères de tutelle concernés auront à leur disposition des composantes liées aux statistiques sectorielles et commerciales.

Le projet doté d’une enveloppe de 12 millions USD s’articule autour de trois composantes : 1) renforcement des capacités institutionnelles et développement des ressources humaines ; 2) collecte, traitement, analyse et diffusion des données et 3) gestion de projet et l’amélioration de l’infrastructure informatique pour la diffusion des données.

Composante 1 : Renforcement des capacités institutionnelles et développement des ressources humaines (4,1 millions USD)

La première composante vise à renforcer le cadre institutionnel ainsi que les ressources humaines de l’INSEED en vue de créer un environnement propice à la collecte, au traitement, à l’analyse et à la diffusion de données de qualité. Cette composante apportera un appui aux activités suivantes : i) la réformeInstitutionnelle ; ii) le développement des ressources humaines et iii) l’élaboration d’une nouvelle Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS).

Composante 2 : Collecte, traitement, analyse et diffusion de données (6,7 millions USD)

Les statistiques les plus récentes ainsi que la méthode d’enquête utilisée pour leur collecte ne sont pas à jour. Cette composante financera la mise en œuvre d’un programme d’activités visant à améliorer l’infrastructure statistique, ainsi que la qualité et la production diligente de statistiques sur la pauvreté et l’inégalité, des statistiques de la comptabilité nationale et des statistiques agricoles produites par l’INSEED. Cette composante appuiera : i) la mise en œuvre des enquêtes auprès des ménages ECOSIT 4 et ECOSIT 5 ; et ii) des améliorations méthodologiques et la collecte de données supplémentaires auprès de sources de données clés des statistiques de la comptabilité nationale et des prix. Bien que l’objectif final soit la disponibilité publique de données de haute qualité sur les conditions de vie produites à la fréquence recommandée par l’Organisation des Nations unies, l’Union Africaine, et la Banque mondiale (tous les 3 ans), qui peuvent être utilisées à des fins de planification nationale, sa réalisation nécessite des instruments d’enquête améliorés et la modernisation des méthodes de collecte, de traitement et d’archivage des données2. Au cœur de cette démarche, on trouve le renforcement des capacités qui se déroulera de différentes façons : par le travail de collaboration avec le projet UEMOA (tel que sur les calculs de la pauvreté) et à travers des événements de formation régionaux et nationaux spécifiques (par exemple pour présenter l’IPAO).

Composante 3 : Gestion de projet et amélioration de l’infrastructure informatique (1,2 million USD)

Performances des Projets

  1. EFFETS
  2. RESULTAT : Composante 1
  3. RESULTAT : Composante 2
  4. RESULTAT : Composante 3
  5. Passations des Marchés 2018
  6. GESTION FINANCIERE

Indicateurs de performance

Unité de mesure

Baseline

End Target

Valeur actuelle

Commentaires

Valeur

Date

Valeur

Date

Valeur

% progression

(Valeur actuelle par rapport à l’objectif)

Date de relevé

Composante 1 : Renforcement institutionnel et développement des ressources humaines

Rédaction et adoption SNDS2

Oui/non

Non

2017

1

2018

Non

0

31-12-2018

Contrat en cours d’exécution

Bourses octroyées pour étudier dans les 3 écoles statistiques régionales d’Afrique

Nombre

0,0

2017

30

2022

22

73,33

31-12-2018

Composante 2 : Collecte, traitement, analyse et diffusion de données

Enquêtes auprès des ménages

Nombre

0,0

2017

02

2022

01

25,0

31-12-2018

Deuxième vague de la première en cours

Diffusion des résumés statistiques, des principaux résultats sur la pauvreté

Oui/Non

Non

2017

Oui

2019

Non

0,0

31-12-2018

Les premiers résultats sortiront courant 2ème trimestre 2019

Retard dans la production des compte résorbé

Oui/Non

2010

2017

Oui

2018

Oui

100,0

31-12-2018

Comptes nationaux rebasés

Oui/Non

2005

2017

Oui

2008

Non

0,0

31-12-2018

Travaux en cours

Diffusion note trimestrielle économique

Nombre

0

2017

20

2022

4

20

31-12-2018

Composante 3: Gestion du projet

Bases de données anonymisées des enquêtes

0,0

0,0

2017

02

2022

0,0

0,0

31-12-2018

-

Portail web de données accessibles

Oui/Non

Non

2017

Oui

2018

Oui

100,0

31-12-2018

-Site Web de l’INSEED opérationnel

Indicateurs de- performance-

Unité de mesure

Baseline

End Target

Valeur actuelle

Commentaires

Valeur

Date

Valeur

Date

Valeur

% progression

( valeur actuelle par rapport a l’objectif)

Date de relevé

Composante 1: Renforcement des capacités institutionnelles et développement des ressources humaines

-La réforme réglémen-taire est rédigée et prête à être adoptée

Oui/Non

N

2017

O

2018

Oui

100,0

31-12-2018

Les textes organiques sont au niveau du Gouvernement et de l’Assemblée Nationale

-Personnel de l’INSEED formé pour le renforce-ment de leurs compétences

Nombre

0,0

2017

50

2022

0,0

0,0

31-12-2018

Mission du cabinet DRH en cours d’exécution

Etudiants censés suivre le programme de préparation à l’examen d’entrée aux écoles de statistiques

Nombre

0,0

2017

250

2022

99,0

39,0

31-12-2018

99 candidats dont 10 filles ont bénéficié de la préparation aux concours

-Recrutement à l’INSEED du personnel qualifié

Nombre

0,0

2017

15

2022

9,0

60,0

31-12-2018

Indicateurs de- performance-

Unité de mesure

Baseline

End Target

Valeur actuelle

Commentaires

Valeur

Date

Valeur

Date

Valeur

% progression

( valeur actuelle par rapport a l’objectif)

Date de relevé

Composante 3: Gestion du projet

-Portail Web de données accessibles au public opérationnel

Oui/Non

N

2017

O

2022

Oui

100;0

31-12-2018

Le site Web INSEED est fonctionnel

Consultant textes organiques recruté

Oui/Non

N

2017

O

2018

Oui

100;0

31-12-2018

Textes approuvés par le Gouvernement

Consultant SNDS 2 recruté

Oui/Non

N

2017

O

2018

N

100;0

31-12-2018

Document en cours d’élaboration

Consultant Ecosit 4

Recruté

Oui/Non

N

2017

O

2018

O

100

31-12-2018

A fini son contrat le 08 Novembre 2018

Cabinet pour le DRH

Oui/Non

N

2017

O

2018

N

100;0

31-12-2018

Contrat en cours d’exécution

Expert en passation des marchés recruté

Oui/Non

O

2017

O

2022

O

100

31-12-2018

Recruté en mars 2017

Expert en gestion financière recruté

Oui/Non

O

2017

O

2022

O

100

31-12-2018

Recruté en mars 2017

Expert en suivi-évaluation

Recruté

Oui/Non

O

2017

O

2022

O

100

31-12-2018

Recruté en septembre 2017

Cabinet d’appui pour l’amélioration des stati. éco. recruté

Oui/Non

N

2017

O

2018

Oui

100,0

31-12-2018

Contrat en cours d’exécution

CATEGORIE DE MARCHES

PREVISIONS

ENGAGEMENTS

PAIEMENTS CUMULES

(f CFA)

PAIEMENTS DE L’ANNEE

COMMENTAIRES

NBRE DE MARCHES

MONTANT

(USD)

MONTANT

(USD)

NBRE DE MARCHES

MONTANTS

(f CFA)

TAUX

(%)

PDST

TRAVAUX

03

96 668

29 420 ,11

3

16 637 580

8 660 919

52,06

FOURNITURES

45

2 271 727

1 521 224,35

45

836 673 392,5

836 673 392,5

100,0

CONSULTANTS

23

1 024 914,42

865 253,29

23

202 607 840

202 607 840

100,0

TOTAL

71

3 393 309,42

2 415 897,75

71

1 055 918 812,5

845 334 311,5

80,06

RUBRIQUES

DONNEES

COMMENTAIRES

Taux de décaissement global au

…31./01…../2019…..

  • 27,49%
  • 98,7%

-DON IDA au 11 Février 2019

--Trust Fund (date de clôture le 30 juin 2019)

Montant réalisé au 31/01/2019

  • 1 686 856 958
  • 789 468 088

-Don IDA

-Trust Fund

Taux d’exécution du budget au

31/01/2019

  • 57,46%
  • 95,70

-Don IDA

--Trust Fund

Date de remise rapport d’audit 2017

Date de remise rapport d’audit 2018

29 Juin 2018

30 Juin 2019

Opinions sur les comptes 2017

Comptes certifiés

Date de soumission dernier RSF

08 Novembre 2018

Les facteurs d'échecs et de Succès

Facteurs d’échecs lies a la gestion fiduciaire

(passation des marches et gestion financière)

Aucune contrainte depuis septembre 2018

Facteurs d’échecs lies au suivi du projet / communication

Contrainte #1: Faible motivation des points focaux dans l’élaboration de la SNDS2;
                  Contrainte #2: Non respect du chronogramme de la mission
                  DRH par le cabinet attributaire du marché.

Autres Facteurs d’échecs liés

Arrangements institutionnels

Recrutement du personnel clé du projet
                 Aucune difficulté

Autres Facteurs d’échecs liés

          Sauvegarde environnementale et sociale

          Clôture du projet ( pour les projets concernés)

          Aucune difficulté ou contrainte à signaler.

Facteurs de succès

  1. Disponibilité  et dynamisme du TTL, Monsieur ALY SANOH (les réponses aux requêtes du projet ne trainent pas);
  2. Organisation des réunions mensuelles de suivi du projet (permet de discuter et résoudre les problèmes qui se posent en interne);
  3. Participation aux réunions mensuelles de coordination des projets sur financement BM à la représentation de la Banque (permet de résoudre des problèmes liés à l’environnement).
© 2018 INSEED. All Rights Reserved. Designed By I-media Consulting

Search